Stéphane Gassot.jpg

©Laura Gassot

STÉPHANE GASSOT,

compositeur

 

Compositeur et arrangeur, Stéphane Gassot est un musicien hétéroclite, naviguant entre la composition, l'arrangement et la musique de film.

 

Formé au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, il obtient les prix d’harmonie, contrepoint, fugue, orchestration et composition de musique de film. Il travaille notamment auprès de personnalités comme Thierry Escaich, Jean-François Zygel, Isabelle Duha, Stéphane Delplace, Bruno Coulais ou Laurent Petitgirard. En tant qu’instrumentiste, il étudie dans des conservatoires de région parisienne, dans lesquels il obtient les prix d’orgue (Rueil), piano et musique de chambre (Issy).

 

L’éclectisme de sa formation transparaît dans ses activités actuelles puisqu’il collabore tant avec des ensembles classiques que des artistes de la scène pop-folk. Parmi ses compositions récentes : le conte musical Noël dans la vallée des Moomins créé par le quintette à vents de l’Orchestre Régional de Normandie ; Elegie pour violon seul, créée par Thomas Lefort ; Bluesinuum pour clavecin, créé par Justin Taylor, ainsi qu’une Tokkata pour quatuor à cordes créée par le Quatuor Tchalik au Festival des forêts de Compiègne.

 

En tant qu’arrangeur, il collabore avec Christian-Pierre La Marca et les musiciens de l’Orchestre de Paris, pour le disque Wonderful World sorti chez Naïve. Par ailleurs, il réalise des arrangements de manuscrits incomplets de Bach pour le claveciniste Justin Taylor, en vue de l’enregistrement de l’intégrale Bach 333, sortie chez Deutsche Grammophon. Avec sa consoeur Camille Pépin, il écrit des arrangements des Danses Polovtsiennes de Borodine pour la clarinettiste Sabine Meyer (Disque Fantasia, Sony Classical).

 

Parallèlement, il réalise des versions symphoniques du show Eden Tour d’Etienne Daho avec l’Orchestre National de Lyon, et plus récemment pour la tournée symphonique de Benjamin Biolay, avec l’Orchestre National de Lyon, l’Orchestre National d’Ile-de-France, l’Orchestre National des Pays de la Loire et l’Orchestre Philharmonique de Strasbourg. En 2021, il travaille avec Carla Bruni pour un concert avec sextuor à cordes, à l’initiative du festival Idéal au Potager du Roi, à Versailles. Habitué des collaborations avec le Quatuor Debussy, il réalise de nombreux arrangements pour Yael Naim et participe au dernier album de Keren Ann, sorti en 2022 chez Naïve. C’est à travers ces différents enregistrements que le grand public a pu découvrir son travail dans Le Grand Echiquier de Claire Chazal, l’émission On est en direct présentée par Laurent Ruquier et Léa Salamé, ou encore sur la plateforme myCANAL.

 

Ses activités de compositeur de musique de film s’articulent principalement autour du cinéma d’animation, du court-métrage et du documentaire. Il signe notamment la musique du film de Frédéric Wilner Il était une fois le Musée du Louvre (Iliade Productions - Arte, 2021) qui retrace le parcours tumulteux des collections du musée. Parmi les documentaires en cours de production : Les derniers secrets des hiéroglyphes (Patrick Caboua, Bleu Kobalt productions, France 5) et Qui a tué l’Empire Romain ? (Frédéric Wilner, Iliade Productions - Arte). Passionné de cinéma d’animation, il compose pour la série En sortant de l’école (saison 4, collection Paul Eluard), parmi d’autres projets, notamment avec l’illustratrice Roxane Campoy. Au titre de ses activités de compositeur de musique de film, il est lauréat du Mécénat Musical Société Général

David Petrlik Photo 1.jpg

©Joël Perrot 

DAVID PETRLIK,

violoniste

 

Après des études au Conservatoire National Supérieur de musique et de danse de Paris où il obtient un master avec les plus hautes distinctions, David Petrlik continu son cursus dans la classe de Boris Garlitsky au sein du « Diplôme d’Artiste Interprète », et intègre le cycle d’excellence « Konzertexamen » à l’Université des Arts de Essen avant d’être admis en 2019 au « Diplôme d’Artiste Interprète contemporain » au CNSM de Paris. Depuis septembre 2020, il suit également le cursus Master Soliste à la Haute Ecole de Musique de Lausanne avec Renaud Capuçon, et intègre enfin le Stauffer Academy Cremone Konzertmeister Artist Diploma en 2021, ce qui lui permet de travailler avec les solistes des plus grands orchestres internationaux.

 

Parallèlement à ses études, David remporte les concours Jasha Heifetz, Ginette Neveu et Felix Mendelssohn, ainsi qu’un prix spécial à Rodolfo Lipizer. L’année 2016 marque un tournant dans sa carrière puisqu’il est sélectionné par Gidon Kremer pour participer au programme « Chamber music connects the world », ce qui lui donne l’occasion de jouer avec Steven Isserlis, Christian Tetzlaff et Gidon Kremer. Ces nombreuses distinctions lui permettent de se produire dans les plus prestigieuses salles de concerts en France et à l’étranger, ainsi que dans des festivals de grande renommée.

 

La carrière soliste de David s’accompagne d’un engagement important dans la musique de chambre qui représente pour lui un précieux partage d’expériences et de réflexions musicales autour d’un répertoire commun. En 2017, il obtient notamment le prix André Hoffmann avec Alexandre Kantorow aux Sommets Musicaux de Gstaad. C’est avant tout en 2018, avec le Trio Messiaen, en résidence à la Fondation Singer-Polignac depuis 2015, qu’il remporte le 1er Prix ainsi que cinq prix spéciaux au Concours International de Musique de Chambre de Lyon. La même année, ils se produisent à la Philharmonie de Paris avec le Trio op.100 de Schubert.

 

Il enregistre un premier disque Modernités françaises avec Itamar Golan au Label Soupir en 2017. En 2018, le disque au sein du Trio Messiaen sous le Label Mirare est récompensé du Diapason d’or, Choc Classica, et sélectionné par France Musique et Le Monde. Le journal Classica en fait mention : « L’œuvre réserve de magnifiques duos où s’exprime la sensibilité des jeunes interprètes, nourrie d’une compréhension intime de la partition ; et l’ultime Louange à l’immortalité de Jésus, pour violon et piano, de nous mener au seuil du paradis en vertu d’une sonorité sans attache terrestre ». Et en 2020 David participe à l’enregistrement de l’intégrale des Chants Irlandais de Beethoven pour Warner Classics.

 

David joue sur un violon de Jean-Baptiste Vuillaume gracieusement prêté par le luthier et expert Christophe Destannes

MKO_Musiker-0585.jpg

©MKO Musiker

HÉLÈNE MARÉCHAUX,

violoniste

 

Depuis toujours, Hélène voyage. C'est d'abord l'Angleterre qui l'attire, où elle prend part à de nombreux projets avec l’ensemble de musique de chambre Mimosa Ensemble. Elle est l’élève à Londres de DavidTakeno, à la Guildhall School of Music and Drama...

 

Après quelques années passées au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe de Régis Pasquier, elle se tourne vers l’Allemagne, où elle découvre rapidement l'orchestre de la radio bavaroise, le Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks, où elle joue pendant quatre ans. Elle développe en parallèle une intense activité de musique de chambre, profitant notamment des conseils de Pamela Frank et Robert Mann à l'académie de quatuor IMAS fondée par Seiji Ozawa. Elle profite aussi du soutien de la fondation Yehudi Menuhin Live Music Now, dans la formation trio à cordes.

 

Elle écoute ensuite son attrait pour l’ensemble de chambre, et rejoint l'orchestre de chambre de Munich, le Münchener Kammerorchester. Cette formation lui fait découvrir une autre manière de faire de la musique ensemble, et lui permet une collaboration avec de nombreux grands artistes invités. Elle réside désormais en France, ne se trouve cependant pas moins en chemin, notamment avec le Mahler Chamber Orchestra, les ensembles baroques hofkappelle München et Arcangelo, l’orchestre philharmonique de Radio France et le théâtre d’Augsburg où elle est appelée régulièrement au poste de violon solo, mais aussi Les Dissonances, Les Siècles de François-Xavier Roth. Elle joue en musique de chambre dans les plus grandes salles internationales, Victoria Hall, Théâtre des Champs Élysées, Salle Pleyel, etc...

 

Ses nouveaux projets lui offrent une grande diversité dans le répertoire musical, en travaillant par exemple avec l’ensemble Miroirs Etendus et des productions de théâtre. Elle est étudiante dans la classe de violon baroque d’Hélène Houzel au Crr d’Aubervilliers.

Elle est membre de l’ensemble de musique de chambre Igiardini, et de l’ensemble Le Déluge.

Elle est la fondatrice de l’ensemble «Pollen», avec son amie Pauline Bartissol, pour unvoyage dans le temps et dans l’espace.

Image.jpeg

©

EVA SINCLAIR,

altiste

 

Originaire du Sud de la France, Eva Sinclair débute l’alto à l’âge de 6 ans. 

Elle poursuit son apprentissage musical au conservatoire de Bordeaux avec Tasso Adamopoulos puis Françoise Gneri au CRR de Paris. 

En 2012 elle intègre le Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris dans la classe de David Gaillard et obtient son master en 2018. 

Elle a pu bénéficier des conseils de Bruno Pasquier, Hartmut Rohde, Jutta puchhammer mais aussi des quatuors Talich et Artis en ce qui concerne la musique de chambre. 

Vivement intéressée par l’orchestre elle a pu se produire avec l’Orchestre National de Bordeaux Aquitaine, l’Orchestre National de France sous la direction de chefs prestigieux tels qu’Emmanuel Krivine ou encore Christophe Eschenbach, l’orchestre National de Lorraine, l’orchestre des Pays de Savoie. 

Elle a collaboré avec des ensembles tels que les Dissonances, Secession Orchestra et plus récemment l'ensemble Consuelo sous la direction de Victor Julien Laferrière

Elle élargit son champ musical et collabore avec des artistes de variété tels que Raphael ou encore Carla Bruni mais se produit également dans des formations plus classiques de musique de chambre. 

IMG_1140.jpeg

©Carole Bellaiche

ISSEY NADAUD,

altiste

 

Issey Nadaud débute l’alto à l’âge de 6 ans au sein de l’association parisienne Vivaldi puis au CRR de Paris avant d’intégrer en 2013 le CNSM de Paris dans la classe de Sabine Toutain et de Christophe Gaugué. Il a l’occasion de participer à de nombreuses académies dont la Summer Academy in Cervo, le festival Pablo Casal, les Rencontres internationales de Saint-Cézaire, et bénéficie ainsi des conseils de grands altistes et pédagogues tels que Tabea Zimmermann, Louis Fima, David Gaillard, Jean Sulem, Françoise Gnéri, Hartmut Rode, ou encore Luc-Marie Aguera.

 

Durant son parcours, il se produit dans divers festivals de musique de chambre dont le Festival Berlioz, le festival Tons Voisins à Albi, le Wagner Geneva Festival, les Sonates d’Automnes au côtés d’artistes tels que le Trio Metral, le Trio Hélios, Denis Pascal ou encore Marie Chilemme.

 

Passionné par le métier d’orchestre, il joue notamment avec l’Opéra de Paris, l’Orchestre National de France, les Frivolités parisiennes, le Sinfonia Grange-au-Lac et les Dissonances sous la direction de chefs tels que Gustavo Dudamel, Christoph Eschenbach, Paavo Jarvi. De 2016 à 2020, Issey évolue au sein du quatuor Elmire avec lequel il est résident chez ProQuartet, au festival des Arcs, et au Dimore del Quartetto. Le quatuor, soutenu par la fondation Singer-Polignac remporte plusieurs prix internationaux, dont le 3ème prix à la Carl Nielsen International Compétition, et le second prix au Concours européen de musique de chambre de la Fnapec. Il se produit lors de nombreux festivals tels que le festival d’Aix-en-Provence, le Festival d’Evian, le Festival Vox Musica ou dans des salles comme la Philharmonie de Paris ou le Black Diamond de Copenhague.

 

Issey est lauréat des bourses de la fondation Kriegelstein et de la fondation Meyer. Il joue un alto de 2012 du luthier français Charles Coquet

Justine Metral © Michèle Pierre 9.jpg

©Michèle Pierre

JUSTINE METRAL,

violoncelliste

 

« Révélation Adami », ancienne artiste résidente à la Chapelle Reine Elisabeth auprès de Gary Hoffman, Justine est diplômée du CNSMDP en Juin 2015 dans la classe de Philippe Muller puis Raphaël Pidoux.
Elle a pu travailler avec de grandes personnalités tels que : Franz Helmerson, Gauthier Capuçon, , François Salque, J. Peter-Maintz, Arto Noras, Christian Poltera, et Raphael Merlin.
Justine s’est produite dans de nombreux festivals tels que : le festival de Radio France de Montpellier, au Folles journées de Nantes, à la Roque d’Anthéron, au « MozartFest » de Würzburg, au festival "Pablo Casals", à la Ferme de Villefavard, « Au rendez-vous de Rochebonne »   « Violoncelle en Seine »  « Vacances de Monsieur Haydn » , à la remise du « Prix des neiges » décerné à Renaud et Gauthier Capuçon par la ville de Chambéry ainsi qu’aux Rencontre Artistiques de Bel Air, au « Musée en Musique de Grenoble » et dans le cadre de « La leçon de Piano de Jean François Zygel ». Elle donne des concerts à la MC2 de Grenoble, à l’auditorium de Lyon, à la Cité de la Musique, au Konzerthaus et Musikverein de Vienne, au Royal Albert Hall, au Théatre des Bouffes du Nord ainsi que dans la grande salle de la Philharmonie de Paris et son parcours l’amène à jouer en Littuanie, Autriche, Suisse, Italie..
Justine a joué Messagesquisses de Boulez à la cité de la musique aux côtés d’Eric-Maria Couturier et est régulièrement invitée à jouer dans l’ensemble de violoncelle de François Salque.

Elle enregistre en avril 2017 sous le label Alpha le trio pour trois violoncelle d’Anton Reicha dans le cadre d’un coffret partagé avec les artistes en résidence de la Chapelle Reine Elisabeth.

 

Justine fut pendant de nombreuses années la violoncelliste du Trio Metral. Premier Prix du concours Joseph Haydn 2017, ils enregistrent leur premier disque dédié aux trio de Félix Mendelssohn chez le Label Aparté ainsi qu'un second album consacré aux compositeurs Chostakovitch et Weinberg chez le Label La Dolce Volta.

Michèle Pierre violoncelle ©Paul Colomb.jpg

©Paul Colomb

MICHÈLE PIERRE,

violoncelliste

Michèle Pierre est une violoncelliste éclectique qui s’épanouit aussi bien dans le répertoire de la musique classique, et en particulier celui de la musique de chambre, que dans des projets d’autres univers musicaux allant de la musique improvisée à la musique contemporaine.

Diplômée du Conservatoire National Supérieur de Paris depuis 2015, elle compte parmi ses professeurs Philippe Muller, François Salque ou encore Raphaël Pidoux.

Elle fait partie de la compagnie de création Miroirs Etendus avec laquelle elle crée plusieurs opéras ou programmes de concerts en France (opéras de Rouen, Lille, Théâtre impérial de Compiègne), en Allemagne (Berghaim Berlin) ainsi qu’en Irlande (opéra de Dublin).

Récemment, elle se produit plusieurs fois en tant que soliste dans le triple concerto de Beethoven aux côtés de Fiona Monbet et Romain Louveau, à l’opéra de Rouen, au festival «La Brèche » ou encore au « Piano Lille Festival ».

Elle est également la violoncelliste de divers ensembles de jazz : du « Duo Brady », duo de violoncelles dans lequel elle compose et improvise ; du « Roberta Roman Trio » (artiste génération Sepdidam) ; du quintette de Daniel Mille avec lequel elle joue de plusieurs années avec le comédien Jean-Louis Trintignant ;  du Sacre du Tympan de Fred Pallem (Groupe de l’année aux Victoire du Jazz 2020) ou encore dans l’ensemble porté par la chanteuse Sandra Nkaké : « Tribe from the ashes ».

Compositrice pour son instrument, Michèle a écrit la musique originale de la pièce de Joël Zaffarano, l’Ame offerte, musiques pour violoncelle et dispositif électronique ; elle a co-écrit avec Paul Colomb la musique de la pièce de théâtre Encore combien d’étoiles de la compagnie Amarante, spectacle autour du thème de l’exil, ou encore la musique de Colère Noire mis en scène par Gabriel Dufay et créée à la Maison des Arts de Créteil.

Pour son prochain disque, Michèle a passé commande à deux compositrices, Fiona Monbet et Seongim Kim et a également écrit une pièce pour son instrument et sa propre voix. Le disque Axone sortira à l’automne 2022.

Désireuse de promouvoir la musique classique et d’amener ce répertoire dans des endroits qui ne lui sont pas dédié au départ, Michèle développe une activité d’organisation de festivals. Elle est la directrice artistique du festival de musique de chambre ouvert et atypique « La Semaine Classique du Lavoir » au Lavoir Moderne Parisien, dans le quartier de la Goutte d’Or à Paris. Avec Paul Colomb de son « Duo Brady », elle organise le festival « Passage Brady en Musique » tous les étés, en plein air dans le célèbre Passage Brady parisien qui a donné son nom à son duo de violoncelles.

 
Photo Jean-Edouard Carlier (c)Jeremy Bruyère .jpeg

©Jérémy Bruyère

JEAN-ÉDOUARD CARLIER,

contrebassiste

 

Jean-Edouard Carlier débute la contrebasse au conservatoire de Douai dans la classe de Jean-Loup Dehant et intègre ensuite le Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris dans les classes de Jean-Paul Céléa, Nicolas Crosse et Eckhard Rudolph.

Il se perfectionne dans le répertoire de musique de chambre grâce au Centre de Musique de Chambre de Paris et divers festivals comme Musique de Chambre à Giverny ou La Folle Journée.

Il se produit avec différents orchestres comme l’orchestre Philharmonique de Radio France, l’orchestre National de France, l’Opéra National de Paris, l’orchestre Philharmonique de Strasbourg et ce dans plusieurs salles Européennes, la Philharmonie de Paris, le théâtre des Champs-Elysées, l’auditorium de Radio-France, le Musikverein de Vienne, la Philharmonie de Cologne, la Philharmonie d’Essen.